Interview Marion Darrieutort

De nouvelles voies pour notre éducation ?
La vision de Marion Darrieutort, Membre du Comité d’inspiration de TEDxChampsElyséesED.

Marion Darrieutort, CEO de l’agence de publicité ELAN-Edelman, se plie au jeu de l’interview et nous confie sa vision de l’éducation qui, pour elle, est restée bloquée dans le passé, à l’époque de Jules Ferry. Elle préconise de s’inspirer du système Anglo-saxon et d’adapter un programme sans traumatisme, ni sanction, ni honte. Elle rêve d’une éducation qui s’adapterait à la diversité des enfants, du « sur-mesure en somme et non du prêt-à-porter et où les parents, l’école et l’entreprise participerait à l’élévation de l’enfant. Bref, une école en adéquation avec son temps…

SA DEFINITION DE L’EDUCATION
« Ce devrait être, idéalement, l’art « d’élever » un enfant au sens de le hisser vers le haut, de l’aider à grandir, à s’épanouir, à s’ouvrir aux autres, à se réaliser en fonction de sa personnalité, de ses aspirations, de ses qualités. C’est donc bien plus que l’enseignement et le transfert de connaissances entre un professeur et un élève qui viseraient essentiellement à avoir de bonnes notes ou un diplôme. »

REGARD SUR…
L’impact du numérique dans l’éducation.
« Evidemment son impact est essentiellement positif en ce sens qu’il ouvre le monde entier à l’enfant en lui permettant en un clic d’avoir accès à une somme de connaissances inépuisables mais aussi d’avoir accès aux autres, à d’autres cultures, à d’autres points de vue . Autrefois un enfant devait se contenter, à condition d’être motivé pour le faire, de feuilleter une encyclopédie, un livre d’Histoire ou un dictionnaire pour satisfaire sa curiosité. Et il n’avait qu’une seule version au travers du prisme culturel de l’auteur ou de l’éditeur… Naguère les enfants africains apprenaient ainsi dans les livres d’école que leurs ancêtres les Gaulois étaient blonds…
Il reste que le numérique malgré son apport considérable ne contribue guère à l’orthographe, à la syntaxe et parfois, par la tentation du zapping, à la réflexion, au recul… Enfin avec le numérique ou Google, on répond à l’enfant par une réponse immédiate, précise et il n’a donc pas l’occasion de butiner, de découvrir d’autres mots voisins alphabétiquement mais inconnus pour lui comme sur une page de dictionnaire…»

L’initiative éducative qui vous a marquée.
« Beaucoup de réformes officielles ont été décevantes voire inadaptées (Haby etc.) Sur le plan non officiel ce que propose aujourd’hui Ashoka sur le thème « Redessinons l’Education » afin que chaque enfant prenne conscience de l’importance du collaboratif et du fait qu’il peut contribuer avec les autres à changer la société, me semble une piste intéressante. »

Ce que les systèmes d’éducation étrangers ont à nous apprendre.
« Le système anglo-saxon qui encourage l’élève au lieu, comme le nôtre, de stigmatiser ses échecs me paraît bien meilleur. Souligner en vert les mots justes dans la dictée de l’enfant est plus efficace à mon sens que souligner en rouge ses fautes d’orthographe … Bref il faut donner confiance aux enfants, capitaliser sur leurs forces, leurs victoires… Ne pas les cantonner selon leur sexe ou leur milieu social dans des filières toutes tracées, les laisser sortir de leur zone de confort, qu’ils soient filles ou garçons, les encourager à explorer de nouvelles pistes quitte à ce qu’ils se trompent et qu’ils tirent eux mêmes les leçons de leur erreur pour mieux repartir. Sans traumatisme ni sanction, ni honte.»

Ce que vous pensez des systèmes éducatifs alternatifs.
« Ces approches, comme la pédagogie Montessori, me paraissent très intéressantes en ce sens qu’elles explorent de nouvelles voies …Au XXIème siècle dans un monde changeant il faut des pionniers car l’’immobilisme, le conservatisme sont à proscrire surtout en matière d’Education. Il est important d’évoluer car la planète évolue et on ne peut pas en rester à l’école de Jules Ferry ! Il est aussi temps d’adapter notre système à la diversité des enfants. Certains sont plus rapides ou plus intuitifs, ou plus sensibles ou plus extravertis que d’autres. Et tous peuvent réussir leur vie. Pourquoi n’aurait-on qu’un seul système alors que les enfants sont divers ? Je pense qu’il y a la place pour faire ‘autrement’. »

La part de culture et d’art dans l’éducation d’aujourd’hui.
« Poser la question c’est déjà y répondre… Non, bien sûr la créativité de l’enfant est encore bridée. Bien sûr il ne s’agit pas de laisser l’enfant totalement maitre du jeu, il faut l’accompagner, non le diriger mais le guider, l’encourager à créer à « innover ». Luc Ferry a dit : « ce qui va nous sauver, ce n’est pas la décroissance, mais l’innovation. Même si elle déstabilise le monde, même si elle peut être formidable et, en même temps, destructrice. L’innovation est vitale et angoissante à la fois : dans un siècle de déconstruction, la France doit résoudre ce dilemme ». C’est vrai pour l’éducation : il faut encourager l’enfant à innover, à avancer « ses » solutions et à ne pas se contenter de reproduire le corrigé du maitre, à calquer le modèle du dessin… »

Une relation idéale entre l’école, les parents, l’entreprise.
« Une ‘co-construction’ dans la concertation permanente et l’échange car chacun participe à cette élévation de l’enfant et, plus tard, des jeunes au sein de l’entreprise qui, elle aussi, peut continuer à éduquer et faire grandir. L’entreprise doit notamment encourager et enseigner l’employabilité de ses jeunes salariés en les préparant au prochain job. »

UN PAS VERS L’EDUCATION IDEALE
« Idéalement : Faire du « sur mesure » et non du prêt à porter. Et guider, accompagner plus que diriger ex cathedra. »

QUESTIONS RUSH
TEDxCEED : Plutôt tablette ou papier ?
Marion Darrieutort : Les deux sont complémentaires.

TEDxCEED : Stylo ou stylet ?
M.D : Stylo !

TEDxCEED : La faute de Français que vous détestez ?
M.D : « Malgré que ».

TEDxCEED : Donnez une grande figure de l’éducation.
M.D Michel de Montaigne car il disait avant tout le monde que « mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine »

TEDxCEED : Un point fort/faible de l’éducation.
F.T. : Point fort : Indispensable
Point faible : Perfectible

TEDxCEED : Définissez l’éducation en un mot.
F.T : Elévation ou L’art d’épanouir.

UN MOT, UNE EXPRESSION OU UNE CITATION SUR L’EDUCATION.
« Il est plus important de réussir sa vie que de réussir dans la vie ». Ce qui compte c’est davantage l’épanouissement de l’enfant bien dans sa peau que la course au diplôme.